• Description

    C'est si loin d'être ici ? Porter cette musique inconnue dans cet endroit familier, dans l'espoir de se rassurer et de se divertir à la fois. Mais il n'y a que le vide, et ces personnages qui glissent lentement, dans un sens puis dans l'autre, grotesques miniatures allant à reculons avant de refaire le chemin parcouru.
    L'odeur d'un voyage déjà lointain qui a emmené son soleil et sa joie.
    Le reflet de cette lumière désormais artificielle dans la fenêtre fermée, et les barreaux des volets gris qui étalent leur horizontale fadeur, derrière les spectrales images rose et orangé.
    Le bois noir et inégal, la poussière qui s'y est accumulée. Dur d'être seule. Aucun vis-à-vis n'est là pour nous forger une identité. Plus rien que ces meubles, ces affaires, témoignant d'une vie de passage, anonyme, sans relief. Et puis cette douleur au fond de la gorge, ce poids quelque part entre le ventre et la poitrine, peut-être au niveau du cœur, parce que les mots sortent trop vite, vides de sens, incongrus, menteurs. Des mots faux pour des sentiments qui n'admettent nulle parole puisqu'ils sont, au fond, le fruit de la solitude. Encore un mensonge ?
    Les sons qui s'éteignent, la foule en délire dans la petite boîte noire. Une voix qui parle sans qu'on n'y comprenne rien ; illusion de présence. D'autres gens ailleurs, mais tellement loin aussi ; illusion. Pensées divergentes, inutilité. Vide.
    Et surtout, dilemme. Expliciter et être dans l'erreur, ou garder pour soi ?
    Contact tiède, presque intime avec le papier. Douceur, blancheur. Vide.








  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :