• La déchirure

    Premier tome de la nouvelle série de Robin Hobb, dans la droite lignée de la Citadelle des Ombres, La Déchirure promettait beaucoup. Une quatrième de couverture alléchante et élogieuse, un dessin splendide, comme d'habitude.
    Une écriture toujours aussi reconnaissable, un univers différent, histoire de varier les plaisirs (environ vingt-cinq bouquins ont été placés dans le cadre du monde des Six-Duchés et de Terrilville, tout de même. Difficile de creuser encore plus...). Bref, que du beau en perspective.

    Eh bien j'attendais beaucoup de ce nouveau livre, pourtant il m'a déçue. Autant le monde de Fitz était original, fouillé et captivant ; autant là on a l'impression d'en voir un remix mal dégrossi, qui essaye de s'en détacher sans y parvenir. L'ambiance est la même (médiéval fantastique), les personnages ont moins de saveur et ne sont que de pâles copies de ce qu'ont pu être les autres (un héros fadasse, qui n'a pas la réflexion de Fitz ; une fiancée nunuche, une famille simpliste, une cousine stéréotypée...). Alors oui, on peut lire La Déchirure et l'apprécier. Mais elle ne tient pas la comparaison face aux précédentes oeuvres de l'auteure.

    L'histoire met un temps fou à se mettre en place, et ce premier tome ne présente en lui-même aucun intérêt, incipit qui s'étire en longueur, jusqu'à frustrer le lecteur en manque d'action. Aucun rebondissement à noter ; la quatrième de couverture, loin d'accrocher, dévoile en fait toute l'intrigue du bouquin, et amorce même la suite vu que je n'ai pas vu l'ombre d'une "déchirure", encore... (ben ouais, Jamère, le héros, l'a ressentie, mais ne l'a pas encore exprimée, et encore moins médité dessus). Le contexte de l'école ressemble désagréablement à une certaine école de sorcellerie, sans l'once d'une originalité. On suit le héros avec sa classe dans tous ses cours : you-pi. Ca me fait penser à quelque livre insipide assez connu.
    Enfin, il me semble que Robin Hobb n'a pas su renouveler son style. Le récit est toujours à la première personne, et il s'agit toujours de la rédaction d'un mémoire. De plus, le héros s'exprime de la même manière, si bien qu'on a parfois l'obscure impression d'entendre Fitz. Pas cool vu que Jamère ne lui arrive pas à la cheville... Bref ce serait presque une nouvelle série version "je-continue-mais-je-change-achetez-moi", de la même veine que les aventures de Tom Blaireau (la suite de la Citadelle des Ombres).

    Sympa, mais bon. Peut mieux faire, connaissant l'immense talent de l'auteur !

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :